(c) BIOPHOTO ASSOCIATES/SPL/PHANIE

L’amylose cardiaque à transthyrétine  : une maladie méconnue et sous-diagnostiquée   

L’amylose cardiaque à transthyrétine l’ATTR-CM est une maladie rare, progressive et mortelle qui se manifeste à l'âge adulte.

Les personnes atteintes d'ATTR-CM découvrent souvent leur diagnostic à un stade avancé de la maladie ou ne sont tout simplement jamais diagnostiquées car ses signes évocateurs, dont des types d'atteintes cardiaques fréquents (1,2,3,4), sont encore mal connus des professionnels de santé et du grand public. Les symptômes incluent l'essoufflement, la fatigue, l’évanouissement et l'œdème périphérique (5). La forte présence de la maladie dans les Caraïbes (6) doit notamment amener la communauté médicale à accroître la vigilance.

Qu’est-ce que l’amylose cardiaque à transthyrétine ?  

L’ATTR-CM survient lorsque la transthyrétine s’accumule dans le cœur en dépôts amyloïdes qui entraînent une raideur du muscle cardiaque pouvant être à l’origine d’une cardiomyopathie restrictive et d’une insuffisance cardiaque progressive (7, 5, 2). Pour le Pr Olivier Lairez – cardiologue et médecin nucléaire, CHU Rangueil, « L’amylose cardiaque à TTR n'est pas si rare… Particulièrement si on s’intéresse aux patients porteurs d’une hypertrophie ventriculaire gauche, d’une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée ou d’une sténose aortique… »  Il existe deux formes d'ATTR-CM : une forme héréditaire largement retrouvée chez les populations d'ascendance africaine (8),  causée par une mutation génétique, et une forme non héréditaire appelée forme sauvage liée à l'âge (5).

Mieux dépister la maladie devant un tableau clinique et un faisceau d’indices évocateurs

Améliorer le dépistage est indispensable pour des patients dont l'espérance de vie moyenne n’est que de 3 à 5 ans (9). Le diagnostic se base d’abord sur l’histoire clinique et l’examen clinique et s’appuie sur les tests de diagnostic non invasifs tels que l’électrocardiogramme (ECG) et l’échocardiographie (ECHO). L’IRM cardiaque n’est pas indispensable mais peut aider à confirmer le diagnostic. Le typage et une scintigraphie osseuse permettront de finaliser le diagnostic et de déterminer le type d’amylose cardiaque ; si la scintigraphie est positive, elle confirmera le diagnostic de cardiomyopathie amyloïde à transthyrétine. Enfin, le génotypage permet de différencier la forme héréditaire de la forme sénile (10, 11). Il est important d’envisager la réalisation de tests génétiques pour les adultes de la famille du malade diagnostiqué pour lesquels les risques sont accrus (6, 12).

 Améliorer le dépistage est indispensable pour des patients
dont l'espérance de vie moyenne n’est que de 3 à 5 ans

Comment lutter contre l'ATTR-CM ?

À l’heure actuelle, les options de prise en charge comprennent la prise en charge des symptômes et, dans certains cas rares, les greffes du cœur et/ou du foie (5). Le Pr Thibaud Damy – cardiologue, responsable du Centre de référence des amyloses cardiaques, CHU Henri Mondor, APHP précise : « Pour lutter contre l’amylose cardiaque, nous nous sommes organisées en réseaux d’expertise. Aux côtés de l’Association Française contre l’Amylose, nous conjuguons nos efforts pour faire progresser le dépistage et améliorer la prise en charge des patients. La filière CARDIOGEN lance notamment de nombreuses actions de communication pour accélérer le partage des connaissances médicales sur l’amylose cardiaque. »   

Françoise Pelcot, Directrice de l’Association française contre l’amylose alerte : « Beaucoup de malades assimilent les premiers symptômes à des signes de vieillissement et ne consultent que lorsque l’insuffisance cardiaque est déjà installée. Pendant ce temps, l’amylose progresse. C’est une maladie qui avance vite : il est indispensable de ne pas perdre de temps. » 


Source : conférence de presse Pfizer, engagé dans la recherche autour de cette pathologie afin de répondre aux besoins non couverts des patients (13)
Références
(1) Maurer MS, Elliott P, Comenzo R, Semigran M, Rapezzi C. Addressing common questions encountered in the diagnosis and management of cardiac amyloidosis. Circulation. 2017;135(14):1357-1377
(2) Rapezzi C, Quarta CC, Riva L, et al. Transthyretin-related amyloidoses and the heart: a clinical overview. Nat Rev Cardiol. 2010;7:398-408. doi: 10.1038/nrcardio.2010.67
(3) Rapezzi C, Lorenzini M, Longhi S, et al. Cardiac amyloidosis: the great pretender. Heart Fail Rev. 2015;20(2): 117-124.
(4) Molina O G, Judge D, Campbell W, Chahal H, Mugmon M. Transthyretin cardiac amyloidosis: an underdiagnosed cause of heart failure. J Community Hosp Intern Med Perspect. 2014;25:4(5):25500.
(5) ATTR Amyloidosis. Amyloidosis patient information Site. http://www.amyloidosis.org.uk/introduction-to-attramyloidosis/#amyloidcardiomyopathy.
(6) J.H. Raphalen , et al. Le séquençage du gène de la transthyrétine est un examen rentable et non invasif qui peut être demandé en première intention devant une cardiopathie présumée amyloïde sans argument biologique sérique pour une amylose AL ou AA La Revue de Médecine Interne Volume 36, Supplement 1, June 2015, Pages A53-A54
(7) Genetics home reference (NIH). Transthyretin amyloidosis. https://ghr.nlm.nih.gov/condition/transthyretinamyloidosis.
(8) “Amylose ATTRV122I” Orphanet. https://www.orpha.net/consor/cgi-bin/OC_Exp.php?lng=FR&Expert=8545
(9) Connors LH, Doros G, Sam F, Badiee A, Seldin DC, Skinner M. Clinical features and survival in senile systemic amyloidosis: Comparison to familial transthyretin cardiomyopathy. Amyloid. 2011;18 (suppl 1):157-159.
(10) Ando Y, Coelho T, Berk JL, et al. Guideline of transthyretin-related hereditary amyloidosis for clinicians. Orphanet J Rare Dis. 2013;8:31.
(11) Gillmore JD, Maurer MS, Falk RH, et al. Non-biopsy diagnosis of cardiac transthyretin amyloidosis. Circulation. 2016;133(24):2404-2412.
(12) Boon Yew Tan, MD; Daniel P. Judge, MD A Clinical Approach to Common Cardiovascular Disorders When There Is a Family History Circ Cardiovasc Genet. 2012;5:697-705.)
(13) Pfizer Inc. Rare disease. http://www.pfizer.com/health-and-wellness/health-topics/rare-diseases/areas-of-focus.Site consulté


par Cécile Menu