SPL/BSIP

Christine Verzat, coach professionnelle pour personnes atteintes de troubles autistiques

Faire un bilan de compétences avec des personnes autistes exige de travailler au préalable avec eux sur la (re)construction d’une identité positive. Une mission qui requiert des méthodes particulières. Christine Verzat nous explique lesquelles.

par Cécile Pivot

CecilePivot

 MG 9063 Christine verzatAvant de se consacrer aux troubles du spectre autistique (TSA), Christine Verzat a poursuivi une carrière d’enseignant chercheur en économie. Elle prend une retraite anticipée de la fonction publique pour se consacrer à l’autisme, sujet qui l’intéresse depuis longtemps.
De nombreuses personnes atteintes de TSA se plaignant de ne pas avoir d’accompagnement dans leur parcours professionnel, elle se forme plus précisément aux techniques de coaching. Elle lit de nombreux ouvrages, assiste à des conférences et obtient un DIU intitulé Données actuelles sur l’autisme et les troubles envahissants du développement à l’université Paris Descartes. Elle baptise sa société AlbatrosJob, « en référence au poème de Baudelaire : “Ses ailes de géants l'empêchent de marcher." Les autistes sont si beaux en vol, c'est-à-dire dans leur domaine de compétences, et si gauches comparés aux terriens et objets de leurs moqueries... Je trouvais aussi que la métaphore de l'oiseau était intéressante pour définir un bilan de compétences, qui consiste à survoler sa vie pour la voir sous un angle différent. » Ses clients (n’étant pas médecin, elle préfère employer ce terme plutôt que celui de « patients ») lui sont envoyées par le CRAIF (Centre de ressources autisme Île-de-France), des psychiatres et le bouche-à-oreille. Elle les reçoit individuellement une fois par semaine durant une heure mais lorsque leur autonomie d’attention est moindre, elle fractionne les rendez-vous.

Un bilan de compétences sur mesure

Pour les aider à s’insérer professionnellement, à devenir autonomes, elle part de zéro ou presque, les méthodes de coaching classiques ne pouvant être calquées sur les personnes atteintes de TSA. Elle se fabrique ses propres outils : « J’ai mis en place un bilan de compétences adapté aux troubles du spectre autistique, tout en étant bien consciente que chaque individu a ses particularités. » Impossible, donc, d’établir un seul et unique protocole. Ensemble, ils tracent des schémas colorés, font des dessins, « comme des cartes mentales qui stimulent l’imagination et permettent de visualiser la pensée de manière plus adéquate qu’une simple liste de mots dont le sens peut prêter à confusion car, je suis souvent confrontée à la difficulté de compréhension du langage. » Des photographies, qu’elle a réunies dans des albums, lui permettent de mieux cerner ses clients de comprendre ce qu’ils aiment ou pas, ce à quoi ils sont particulièrement sensibles… Enfin, lors du bilan, l’autisme est nécessairement évoqué. La description minutieuse de toutes les expériences vécues sera l’occasion d’en trouver les manifestations – troubles sensoriels et cognitifs, problèmes d’interaction sociale, évitement de certaines situations…

Une trame chronologique salvatrice

Elle travaille avec chacun d’entre eux sur leur récit de vie. Elle les aide à retracer année après année leur parcours, les événements qui les ont marqués, leur scolarité, les instituts par lesquels ils sont passés, les stages effectués, leurs loisirs, leurs hobbies… Elle les aide à accoucher de leur vérité, dans le droit fil de la maïeutique. Elle leur apprend à justifier leurs choix à partir de faits ayant trait à leur existence, ce qui peut être très difficile pour eux. « Si on leur demande s’ils préfèrent une pomme ou une poire, ils ne savent souvent pas répondre. “J’ai l’impression que mon corps est creux”, me confient-ils. Je pense que l’image qu’ils se font de leur vie peut être altérée, voire inexistante pour certains. » Christine Verzat ajoute : « Chez les autistes, l’altération de l’estime de soi ne provient pas seulement de déconvenues sur le plan scolaire et professionnel, mais d’échecs répétés dans le domaine des interactions sociales, et ce depuis la petite enfance. » Procéder ainsi, avancer pas à pas est aussi le moyen d’insister sur leurs acquis, leurs savoirs, dont ils n’ont pas toujours conscience. « C’est magique à chaque fois », dit-elle. À chaque fois que c’est possible, elle s’appuie sur les parents.

« Ensemble, nous traçons des schémas colorés, faisons des dessins,comme des cartes mentales qui stimulent l’imagination et permettent de visualiser la pensée de manière plus adéquate qu’une simple liste de mots dont le sens peut prêter à confusion car, je suis souvent confrontée à la difficulté de compréhension du langage. »

Le côté thérapeutique du bilan de compétences

Ce bilan de compétences, « point d’appui de la projection du sujet dans l’avenir », que la job coach entreprend dans un but professionnel, apporte des bénéfices dans tous les domaines de la vie car il améliore la motivation et l’estime de soi : « Écrire sur un papier tout ce qu’ils ont fait de bien jusque-là permet de travailler avec eux par le renforcement positif, de leur redonner confiance. Le sentiment d’être nul interdit la construction d’un projet. » Et eux qui ont des classeurs entiers de bilans, tous négatifs jusque-là, accèdent enfin à la mise en place de l’autoreprésentation en les poussant à prendre leur vie en main, à justifier leurs choix. Leur apprendre à dire « je » est une étape primordiale pour ces personnes qui ont souvent une vision morcelée d’eux-mêmes. « Quoi qu’il arrive, le bilan de compétences doit dire ceci : même si je ne trouve pas d’emploi, je suis quelqu’un de bien. Les capacités, les talents sont identifiés, nommés par le coach. Avec cette mise à jour, un mécanisme dynamique de la motivation peut se (re)mettre en place. » Le bilan de compétences mène à la rédaction du CV. La job coach les aide à rédiger, mais ne fait pas les choses à leur place.

Le rôle du tuteur

Christine Verzat est aussi en contact avec le tuteur, qui assiste la personne handicapée sur son lieu de travail, en faisant notamment le lien avec la direction et les autres salariés. Elle informe le tuteur qu’Untel, par exemple, n’aime pas qu’on le touche, ou qu’il est plus sensible à des conseils écrits qu’oraux…Elle respecte le choix de certains de ses clients qui, ne voulant pas de la RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé), ne disposerons donc pas de tuteur. Une position qui peut entraîner des difficultés de communication et de compréhension sur le lieu de travail.

"Quoi qu’il arrive, le bilan de compétences doit dire ceci : même si je ne trouve pas d’emploi, je suis quelqu’un de bien."

Sensorialité et remédiation cognitive

Mieux comprendre l’extrême sensorialité éprouvée par de nombreuses personnes atteintes de TSA, trouver des moyens pour la soulager, ou lutter contre, afin d’améliorer leur vie de tous les jours, sont l’un des leitmotivs de Christine Verzat. « On leur propose de participer à des groupes d’habileté sociale, c’est très bien, mais il n’y a pas grand-chose à ce sujet. » Des progrès restent aussi à faire au niveau de la remédiation cognitive. « Même s’il existe des méthodes pour développer les fonctions attentionnelles et exécutives des enfants, en améliorant le dialogue intérieur, en leur apprenant à visualiser, très peu de choses sont proposées aux adultes » A-t-elle connu des échecs avec certains de ses clients ? « Oui, justement avec un jeune homme qui vivait un enfer au niveau sensoriel. » Elle a jugé préférable de l’adresser à un psychiatre dans un premier temps.

www.albatrosjob.fr

par Cécile Pivot