(c) Monali

Monali la plateforme qui dégrippe les rouages de l'articulation médecine de ville-hôpital

Il y a deux ans, en Nouvelle Aquitaine, Emmanuel Avarello, ingénieur consultant, Emmanuel Sierra, infirmier de formation, et le docteur Anthony Barreau, anesthésiste-réanimateur, ont créé Monali, une plateforme numérique proposant les outils pour coordonner l’action des différents partenaires de santé autour - et avec - le patient à sa sortie d’hospitalisation.

Par Laurent Joyeux


« Il y avait des lacunes, car jusqu’à présent les patients devaient plus ou moins se débrouiller seuls en post-hospitalisation, déclare Philippe Duperray, responsable du développement, nous avons donc créé sur internet les conditions pour mettre en relation la Ville et l’Hôpital autour du patient ». L’expérience, développée à Bordeaux, avec une plateforme téléphonique installée en PACA, est soutenue par la Région Aquitaine. Elle se développe d’autant plus rapidement qu’il n’existait pas de solution globale dans ce secteur.

Le pharmacien au cœur du système

Avec un bon maillage d’officines dans les villes, un contact de proximité permanent avec les usagers, et l’habitude de l’informatique, le pharmacien est le coordinateur « naturel » du système.
C’est lui qui va créer le dossier du patient et lui permettre de renseigner les professionnels de santé qu’il choisit librement. « Mon médecin traitant, mon pharmacien, mon infirmier », la liste n’est pas exhaustive. On peut aussi renseigner dentiste, kiné.

"Avec un bon maillage d’officines dans les villes, un contact de proximité
permanent avec les usagers, et l’habitude de l’informatique, le pharmacien est le coordinateur « naturel » du système."

Le statut du pharmacien lui permet de proposer aussi différents services au patient : télésurveillance, systèmes de géolocalisation pour les personnes Alzheimer, adaptabilité des logements (escaliers, rampes, douches), livraison des médicaments en pilulier… la liste n’est pas exhaustive.

Mobiliser tous les professionnels de santé autour du patient

Après une hospitalisation, la plateforme Monali permet à tous les acteurs de santé et au patient des échanges d’information. Une fois la fiche du dossier patient ouverte, les demandes protocolisées de l’hôpital sont transmises aux professionnels de santé libéraux. « Référencés grâce à leur carte de professionnel de santé, ils se connectent avec un identifiant et leur mot de passe », explique Philippe Duperray. La fluidification de l’information et le support numérique sont essentiels tout au long du parcours de santé. Une sécurité pour les médecins qui peuvent suivre la convalescence du patient et vérifier, par exemple, un type de pansements recommandés ou visualiser les photos de cicatrisation prises par l’infirmier. « Le patient a accès à toutes les informations le concernant, il peut envoyer lui-même ses ordonnances, commander du matériel médical et des articles parfois « délicats » à acheter au comptoir d’une officine comme des couches par exemple. » Sur le plan éthique et déontologique, un gros effort a été fourni pour garantir la transparence de l’utilisation des données informatiques. Un process au niveau de la plateforme téléphonique permet de garantir, au niveau de l’accueil, l’anonymat du patient. Monali vient de recevoir le label ADEL (Algorithm Data Ethics Label) car la première mission d'un professionnel de santé est de préserver le secret médical.

Un cas pratique à Dax

Lorsqu’une ablation du sein est programmée au service de gynéco/chirurgie de l’hôpital de Dax, un rendez-vous médical a lieu trois semaines avant l’intervention. L’autonomie de la patiente est totale pour gérer sa relation post-opératoire, ville/hôpital. Au cours de l'entretien préalable, on s’assure que la patiente est bien entourée pour le suivi des soins et en relation avec un médecin de ville, un pharmacien et un infirmier. Dans le cas contraire, Monali permet de contacter l’ensemble des soignants dans son secteur pour gérer la prise en charge : « Toutes les infirmières de Dax sont connectées ». Pour les établissements de santé, le virage ambulatoire est mieux sécurisé puisque le transfert de compétences et les échanges d’informations avec les libéraux de ville sont fluidifiés. L’allègement des coûts améliore la rentabilité du bloc et du lit. « À Dax, la sortie est passée de J+5 à J+1. »

Le financement

L’accès à la plateforme est gratuit pour les médecins de ville, les kiné ou les infirmiers. Les établissements de santé règlent un abonnement mensuel ainsi que les pharmaciens qui peuvent dégager un chiffre d’affaires des services qu’ils proposent. Pour l’instant ce sont des laboratoires qui prennent leurs licences en charge. Le ministère de la Santé, la Cnam, la Sécurité sociale ont accueilli très favorablement un projet qui concrétise le DMP avant l’heure. Monali est également soutenu par les Urps, des groupements de pharmaciens, et les représentants des Ordre des infirmiers. Son fonctionnement simple et pragmatique correspond aux attentes et aux déclarations des pouvoirs publics qui encouragent les soins ambulatoires, le maintien du patient à domicile et l’inter professionnalité.


À suivre !

par Laurent Joyeux